KARINE GAGNON

Accueil Cours Composition CV Contact

 

 

Oeuvres actuelles Le Prélude Oeuvres vertes

 

 

 

Oeuvres vertes

D’un langage musical gauche mais toujours spontané,  les pièces écrites par un enfant sont toujours des plus touchantes à parcourir des yeux ou de l’oreille.  Ayant commencé à composer dès l’âge de 2 ans, c’est vers 7 ans que Karine Gagnon prend ses premières leçons de piano, lui permettant de pouvoir commencer à écrire – et ne plus oublier – toutes ces notes qui flottent dans l’invisible.

 

Le poussin voyageur, piano solo, 1985

 

13 pseudo-sonatines et 1 romance op 1, piano solo, 1985 à 1988

          I- L’hiver venu (1985)

          II- Contentement (1986)

          III- Wawa circus (1986)

          IV- Brise d’été (1986)

          Romance (1986)

          V- Je nage (1986)

          VI- Petit Valentin (1987)

          VII- La boîte à magie (1987)

          VIII- Flammes et vagues (1987)

          IX- Angoisses (1987)

          X- Soleil couchant (1987)

          XI- Deux chatons dans l’escalier (1987)

          XII- Rondo serpentinant (1988)

          XII- Frivoleries (1988)

 

Petits grelots, trompette et piano, 1985-86?

 

5 préludes op 2, piano solo, 1991

          I- Prélude sanglant

          II- Prélude velours

          III- 60=noire

          IV- 72 = noire

          V- vite

 

5 pièces op 3, piano solo, 1991

          I- Les sommets

          II- Ça va de soie

          III- En t’attendant

          IV- J’aurais préféré mourir seule

          V- Douces poursuites

 

À la frontière de nos regards,  1 chanteur et piano, 1992, texte de Denis Lambert

 

Facettes, piano solo, 1992-1993

          I- Ouverture (1992)

          II- Étincelles (1993)

          III- Indécision (1993)

          IV- Futile (1993)

          V- Jour (1993)

          VI- Consécration (1993)*

          VII- L’envol (1993)*

          VIII- Pluie (1993)*

          IX- ? (1993)*

          X- Finale (1993)*

 

Pensées chevalines , 2 chanteurs, chorale et piano, 1994, texte Christine Valois

 

 

4- c'est important le 1er tricycle

 

* partitions détruites ou perdues